Livereview: Eluveitie - Chaoseum

05. Avril 2019, Lausanne - Les Docks
By Alexandre P.
Annoncée depuis de nombreux mois, la date lausannoise d'Eluveitie tombe finalement le jour de la sortie du nouvel album "Ategnatos". Le concert de ce soir est donc par la force des choses le vernissage du huitième disque tant attendu de nos folk metalleux préférés.

Chaoseum
Dans une salle comble, les 1'000 places ont trouvé preneurs depuis plusieurs semaines, l'honneur d'ouvrir la soirée revient à Chaoseum, un groupe vaudois composé d'anciens Elferya, qui vient de se réorienter avec un nouveau chanteur. Le virage opéré est radical, que ce soit aux niveaux de la voix désormais masculine et plus généralement du style (au revoir le symphonique). Malgré ce chamboulement en profondeur, le résultat s'avère très convaincant avec un show theâtral et redoutable. Je ne sais pas si c'est la récente tournée avec Soulfly, mais personne dans le groupe ne semble impressionné par cette salle sold out. Le public rend toute son energie à Chaoseum en participant activement, y compris avec un inattendu essuie-glace de bras qui suscitera l'étonnement de CK Smile le nouveau chanteur. Pour ma part, si la musique de Chaoseum ne correspond pas à mes goûts, je dois reconnaitre qu'ils savent y faire et que leur temps de scène est passé très vite.

Eluveitie
A 21.45 heures, les musiciens d'Eluveitie prennent possession à leur tour de la scène. Première bonne nouvelle, 2019 voit le retour de Kay le bassiste après une année 2018 où je les ai vus deux fois en festival sans lui. Eluveitie c'est donc 9 musiciens sur scène qui arrivent chacun à trouver un peu d'espace, ce qui est déjà un petit exploit en soi. Le concert débute avec 'Ategnatos' le premier titre du nouvel album auquel il a donné son nom. Le set déroule ensuite en mélangeant nouveaux morceaux et classiques du répertoire du groupe. Eluveitie a joué le jeu du vernissage en jouant pas moins de 8 nouveaux morceaux d'Ategnatos, avec notamment un enchainement Death Walker / Black Water Dawn' mémorable. Chez eux aussi, il y a eu changement de line-up et je vois mal qui oserait s'en plaindre : le batteur est au top et que dire de Fabienne Erni ? Sa puissance et sa richesse vocale sont juste incroyables. C'est difficile d'imaginer qu'il y a peu elle chantait dans des mariages et qu'elle a grandi avec les comédies musicales Disney plutôt que Black Sabbath. Même sur les anciennes compositions, elle trouve sa place et améliore les lignes vocales. Epoustouflant.

Chrigel fidèle à lui-même ne s'étendra pas trop en franšais. Il ne s'aventura guère au-delà du "merci Lausanne", voire poussa l'audace à compter jusqu'à 4. Mais on sent le bonhomme sincère quand il remercie le public de son accueil. Il fait dire que les 1'000 personnes présentes aux Docks étaient très réceptives. Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu un public aussi démonstratif et impliqué dans cette salle. Je crois que le groupe de Winterthur ne s'y attendait pas particulièrement et a bien apprécié.

La fin du set est vraiment sympa avec d'abord un solo de batterie, chose qui ne me semblait plus exister, suivi d'un déluge de guitares emmené par Jonas Wolf, dont l'apport technique est bluffant. Tout a l'air simple avec lui.

Le rappel débute avec deux nouveaux morceaux 'Ambiramus' puis 'Breathe' après une longe introduction de Chrigel. Ce dernier nous explique qu'il s'agit d'une chanson dont Jonas n''était pas satisfait et qui grâce à son insistance, même une fois les parties de batterie terminées, a fini par être retravaillée pour un résultat qui a convaincu le groupe au point d'en faire le nouveau single. Droit derrière ce morceau, il est temps pour des "vieux trucs" (ok, il l'a dit en anglais), tel que 'Gray The Sublime Archon', une chanson pas jouée depuis au moins 8 ans selon Chrigel décidément de plus en plus bavard. Après deux morceaux supplémentaires, 'Tegernako et 'Helvetios', le show continue avec deux incontournables 'Rebirth' et 'Inis Mona' qui démontrent à nouveau le talent de Fabienne Erni absolument formidable ce soir.

Au final, presque deux heures d'un show sans temp mort devant un public conquis et qui aura même la chance de pouvoir aller partager son bonheur avec le groupe au complet vers le merchandising pour une séance de dédicaces. A l'heure des Meets & Greet hors de prix, c'est appréciable de voir des artistes qui restent proches de leurs fans comme cela.

Au vu de l'incroyable affiche de la tournée européenne prévue sur le deuxième semestre 2019 avec Lacuna Coil, on ne peut que regretter qu'elle ne s'arrêtera pas en Suisse (même si un ajout de dates supplémentaires à la dernière minute est toujours envisageable).